La vie comme une série d’expériences

De façon générale, notre esprit a tendance à dramatiser les choses. Si si, vous savez, quand vous envisagez la possibilité de perdre votre boulot et quelque minutes plus tard, vous vous projetez mentalement sous un pont, avec les gens qui s’arrêtent en voiture et vous lancent des vieux sandwiches à moitié pourris ? C’est de cette tendance-là dont je parle. Notre émotionnel se ligue avec notre mental et nous entraîne dans une spirale infernale.

Nous avons cette propension à projeter tout changement dans nos vies sur du long terme et, en quelque sorte, à imaginer qu’il sera définitif, qu’on ne pourra plus influer sur le résultat. Et cette tendance est en grande partie la raison pour laquelle nous n’osons pas mettre en place des changements concrets dans notre style de vie ou nos habitudes.

Personnellement, rien que le fait de prendre conscience de cette exagération, de cette dramatisation de mon mental m’a beaucoup aidé à relativiser et à oser approcher des changements “effrayants” de façon plus sereine. Mais ce qui a réellement lancé la machine, c’est un article que j’ai lu sur Medium et qui s’intitule “Life as a serie of 30 days experiments”.

Le concept est simple : traiter tout changement, tout projet et toute modification de vos habitudes comme une expérience d’une durée limitée.
Cette expérience a des paramètres bien définis, une date de fin spécifiée ainsi qu’une évaluation à terme. C’est tout simple et pourtant, ça change tout. Cela permet à notre esprit de lâcher prise et de ne pas y accorder une telle importance : ce n’est qu’une expérience, après tout !

Prenons un exemple concret : vous souhaitez réduire votre consommation de viande. Pas nécessairement parce que vous en avez envie (parce que c’est bon quand même) mais parce que vous vous dites : la viande rouge, pas bon pour moi, la planète, l’écologie, toussa toussa… Du coup, votre mental se saisit de l’idée et vous projette dans un futur végétalien hypothétique, où votre plus grand plaisir gustatif tourne autour d’une carotte trempée dans une purée de betterave rouge et où, finalement, l’alimentation se résume à un aspect fonctionnel, sans plaisir aucun.
Et donc, au vu cette sombre prédiction, vous ne vous lancez jamais dans l’aventure.

Si vous abordez la même idée en suivant ce concept d’expériences, la situation est complètement différente pour votre subconscient. La durée est limitée : pas de futur hypothétique à uniquement grignoter des carottes. Il y a des paramètres bien définis : vous savez exactement à quoi vous vous engagez, pas possible de dramatiser la situation. Et l’évaluation, au terme de l’expérience, vous permet de faire le point précisément sur la façon dont ça s’est passé, dont vous l’avez vécu ainsi que sur les leçons éventuelles à en tirer. Et une fois cela fait, rien ne vous empêche de continuer ou d’intégrer cela définitivement à votre vie… Ou simplement de conclure que c’était une idée peu appropriée pour vous et de passer à l’expérience suivante.

En appliquant ce principe de façon systématique, il est possible de mettre en place des changements ambitieux dans votre vie en l’espace de quelques mois… Sans que votre inconscient ne parte dans tous les sens.


Ajouter un commentaire